Formation DPO – RGPD : un atout stratégique pour la sécurité des données

formation DPO RGPD

Formation DPO – RGPD : un atout stratégique pour la sécurité des données

Depuis mai 2018, l’Union européenne s’est dotée d’une nouvelle politique de gestion des données personnelles et sensibles. De ce fait, tous les pays membres y compris la France doivent se conformer aux textes de référence plus connus sous l’acronyme RGPD. Le Règlement Général sur la Protection des Données ou RGPD introduit plusieurs notions essentielles dont celle du DPO ou Data Protection Officer.

Cette nouvelle dénomination occupe une place primordiale dans l’application du plan général de gestion sécurisée des données personnelles. De qui s’agit-il et qui a besoin d’un DPO ? Quelle est sa mission et qui peut endosser cette responsabilité ? Comment et où se former pour devenir un DPO ou Délégué à la Protection des Données ? Et plus précisément, l’autoformation certifiante PECB en DPO vaut-elle réellement une formation en présentiel ? Découvrez avec nous l’essentiel de cette nouvelle profession et comment son expertise peut faire évoluer la protection des données en général.

Qu’est-ce qu’un DPO (délégué à la protection des données) ?

En 2016, le RGPD a été proposé dans le but d’uniformiser l’approche et la gestion des données personnelles au niveau européen. D’une part, la naissance du DPO survient suite au constat de l’évolution exponentielle des réseaux sociaux et autres sites de commerce en ligne. Ils brassent chaque jour une quantité de plus en plus importante de données confidentielles telles que les informations bancaires des internautes. Il peut s’agir également de détails aussi personnels que la localisation géographique ou encore la situation matrimoniale.

D’autre part, la digitalisation des services de l’administration a accéléré l’accroissement de la quantité de données numériques manipulées par les services publics et les organismes sociaux. Au titre des données sensibles les plus vulnérables figurent notamment les données biométriques des patients d’un hôpital. De même, la situation fiscale et pénale d’une entreprise ou d’un individu bénéficie aussi d’une protection efficace sous peine de nuire à sa réputation.

En clair, le DPO ou délégué à la protection des données est un expert de la sécurité informatique doté d’une excellente base juridique. Il est le garant de la sécurité des données personnelles et sensibles au sens de la réglementation européenne. Il maîtrise donc non seulement l’aspect technique de la cybersécurité, mais possède aussi une connaissance approfondie du cadre juridique. Son champ d’expertise s’apparente à celui du CIL ou Correspondant Informatique et Libertés. Toutefois, il dispose d’une plus grande responsabilité dans l’application des exigences du plan européen de la protection des données personnelles.

formation sécurité données

Qui a besoin d’un DPO ?

Contrairement au CIL, la présence du DPO est rendue obligatoire par le RGPD au sein des entités considérées comme étant à risques. Il s’agit principalement des administrations et des organismes privés ou publics gérant des données personnelles au quotidien. À leurs côtés figurent aussi les entreprises privées, les réseaux sociaux, les sites internet, etc. Ces derniers peuvent nommer un DPO afin de bénéficier des avantages légaux de la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles.

Qui peut être DPO ?

Dans l’absolu, le poste de délégué à la protection des données requiert plusieurs aptitudes fondamentales :

  • Une forte compétence technique en sécurité informatique,
  • Une excellente maîtrise de la législation européenne dans le cadre du RGPD, mais aussi au niveau national,
  • Une probité exemplaire dans l’exercice d’une fonction hautement confidentielle.

Le choix d’un DPO peut se faire en externe ou parmi les employés même de l’entité concernée. L’avantage de choisir un consultant DPO externe, c’est qu’il est immédiatement opérationnel. Par contre, un employé en interne peut aussi être formé au métier de délégué à la protection des données. Il connaît déjà le fonctionnement de l’organisme et peut apporter une expertise de proximité au quotidien. Pour cela, l’employé sélectionné doit impérativement suivre une formation en DPO. En dehors des cours en présentiel, il est possible d’opter pour une autoformation certifiante PECB plus souple et plus adaptée aux professionnels désirant se qualifier en DPO.

Les modules de formation durent en général entre un et cinq jours et abordent les aspects essentiels du métier tels que la formation approfondie en RGPD et la formation ISO/IEC 27001 relative à la sécurité de l’information.

sécurité protection des données formation

Quelles sont les missions du DPO ?

Le DPO est un expert en sécurité informatique et en législation sur la gestion de l’information. Il exécute son mandat suivant les exigences du Règlement Général de la Protection des Données.

Quels sont les rôles du DPO ?

Le DPO s’occupe principalement de la mise en place d’une stratégie efficace pour la protection des données. Entre autres, il accompagne l’organisme dans la planification, l’exécution et l’interprétation de l’Analyse d’Impact de la Protection des Données ou AIPD (traduit par Data Protection Impact Assessment ou DPIA).

Cette analyse permet, d’une part, de déceler toute violation de la sécurité accidentelle ou malveillante ainsi que la destruction, l’altération ou l’accès non autorisé de données à caractère personnel. D’autre part, l’AIDP se focalise aussi sur le mode de transmission, de conservation et de traitement de ces données. Son rôle revêt donc un aspect préventif prédominant. Cependant, en cas de perte de données, le DPO mène l’enquête, émet les recommandations nécessaires et accompagne l’entreprise à toutes les étapes de la mise en place des actions correctives.

Par ailleurs, le délégué à la protection des données assure aussi un service d’information des dirigeants, des employés et des sous-traitants éventuels de l’organisme. Il informe sur la législation applicable et les mises à jour éventuelles. Son rôle de conseil consiste aussi à orienter le choix des dirigeants sur la pertinence des données récoltées et l’optimisation du système d’enregistrement, de stockage et de traitement de ces données.

Quelles sont les exigences pour un DPO ?

Afin de mener à bien sa mission de contrôle interne, le DPO doit être libre de tout conflit d’intérêts. Il doit donc être une personne en dehors de l’équipe de direction et de l’équipe de traitement des données.

Il doit disposer des ressources humaines et matérielles nécessaires pour l’assister dans son rôle.

Enfin, afin de garantir son indépendance au sein de l’organisation, il doit être rattaché directement au sommet de la direction de l’organisme en question. Il rend des comptes directement à la CNIL et au dirigeant sans avoir à se soucier de sanctions hiérarchiques, sauf en cas de faute professionnelle avérée.